Étudiants associés

Roberto Angrisani

Chercheur en droit de l’Union européenne récipiendaire de la bourse d’études supérieures du Canada Vanier (BESC Vanier), Roberto Angrisani est dans sa deuxième année de doctorat à la Faculté de droit de l’Université Laval (Québec), sous la direction du Pr. Olivier Delas, titulaire de la chaire Jean Monnet en intégration européenne, à laquelle il est rattaché en tant qu’étudiant-chercheur. Il est également associé au Centre de droit international et transnational de la faculté. Ses recherches visent à définir les voies d’harmonisation en matière de protection des droits de la personne dans les procédures pénales européennes, à travers la jurisprudence de la Cour de justice. Auparavant, il a obtenu une maîtrise en droit de l’Université Federico II de Naples et est devenu avocat-stagiaire au Barreau de Naples. Il a également travaillé en tant que chargé de projets de coopération à l’ambassade d’Italie à Dakar en 2011, et a fondé un organisme de coopération au développement en Afrique de l’Ouest.

Rachel Bleetman

Rachel Bleetman est arrivée à Montréal il y a 5 mois pour entreprendre une maîtrise en science politique à l’Université McGill. Auparavant, elle a complété un diplôme de premier cycle à la London School of Economics avec un mémoire portant sur la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Elle continuera à étudier ce sujet pour son mémoire de maîtrise en se penchant particulièrement sur la mise en oeuvre nationale des jugements de la Cour Européenne au Royaume-Uni, dans le contexte d’un euroscepticisme accru.

Shannon Dinnan

Shannon est candidate au doctorat en science politique à l’Université de Montréal. Récipiendaire de la Bourse de doctorat du Conseil de recherches en sciences humaines et du Prix CORIM (Conseil des relations internationales de Montréal), sa thèse porte sur les politiques sociales actives pour les jeunes. Dans le passé elle a fait un stage de quatre mois à l’Observatoire social européen à Bruxelles.

Juliette Dupont

Juliette Dupont est étudiante en maitrise d’études européennes à Sciences Po Grenoble, en France. Ses recherches portent sur les régimes migratoires des Etats-membres, en particulier les régimes de visas d’entrée. Face à une privatisation grandissante sur ce mode de régulation de l’accès au territoire, elle s’interroge sur la tension entre logique de sécurité et logique de marché propres à l’instrument du visa. Elle commencera dès la rentrée 2016/2017 un doctorat en sciences politiques à l’Université de Montréal pour comparer cette tension dans les cas du Canada, de la France et du Royaume-Uni.

Ahmed Hamila

Ahmed Hamila est doctorant en science politique selon une convention de cotutelle entre l’Université de Montréal et Université libre de Bruxelles. Sa thèse de doctorat porte sur la mise en œuvre des politiques européennes d’asile liées au genre en France, en Belgique et au Royaume-Uni. Ses intérêts de recherche sont l’Union européenne, la sociologie de l’administration, les études de genre, les migrations et les théories de la citoyenneté.

Daniela Heimpel

Doctorante au département de science politique à l’Université de Montréal.

Bio à venir

Anne-Marie Houde

Anne-Marie Houde est actuellement étudiante à la maitrise en science politique à l’Université de Montréal. Elle s’intéresse dans le cadre de son mémoire à l’opinion publique européenne. Plus précisément, ses recherches portent sur le vote eurosceptique parmi l’électorat favorable à l’Union européenne, qu’elle analyse à l’aide de données issues de sondages et d’entrevues réalisées en France.

Skye Miner

Candidate au doctorat au département de sociologie de l’Université McGill.
Bio à venir

Johannes Müller Gómez

Johannes Müller Gómez est doctorant à la Ludwig-Maximilians-Universität de Munich et à l’Université de Montréal (co-tutelle). Dans ses recherches, il s’intéresse au fonctionnement des systèmes multi-niveaux et au fédéralisme comparé, à la politique européenne et canadienne, aux institutions européennes, aux questions de démocratie et de légitimité et à l’action climatique. Johannes a étudié la science politique, les études latino-américaines et l’économie de l’énergie aux universités de Cologne, Montréal, Guadalajara et Liège ainsi qu’à l’École des hautes études en sciences économiques de Moscou. 

Sabrina Paillé

Sabrina Paillé est doctorante en sociologie à l’Université York à Toronto, ou elle est également inscrite au diplôme complémentaire en études allemandes et européennes. En 2018, elle était étudiante invitée au Département de sociologie et d’anthropologie sociale de la Central European University à Budapest. Ses recherches portent sur le nationalisme, les mouvements sociaux de droite et les réactions anti-immigration en Europe. Elle est membre du conseil d’administration du Réseau des jeunes chercheurs de l’Association d’Études sur la Communauté Européenne – Canada. Sabrina a été récipidendaire de la Bourse d’études supérieures du Canada Joseph-Armand-Bombardier (2015-2018) et de la Ontario Graduate Scholarship (2018-2019).

 Imène Torkhani

Imène Torkhani est une candidate au doctorat de science politique à l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur l’impact des organisations internationales sur les politiques d’éducation. Son projet de thèse porte sur le rôle des institutions internationales, notamment de l’Union Européenne et de l’OCDE dans l’amélioration des politiques d’éducation en Europe, sous la direction de Jean-Philippe Thérien et Frédéric Mérand. Elle a obtenu son bachelor et son Master en Etudes Anglophones à l’Université Paris-Denis Diderot. Elle a réalisé ses deux années de Master aux Etats-Unis, à Sarah Lawrence College (NY) et à l’Université de Buffalo (NY), en programme d’échange avec l’Université Paris-Diderot.

Anthony Weber

Anthony Weber est étudiant au doctorat en science politique à l’Université Laval.  Il est détenteur d’une maîtrise en gouvernance européenne de l’université du Luxembourg et d’une maîtrise en philosophie de l’université de Lorraine. Ses recherches portent sur le contrôle budgétaire des parlements au sein de l’Union européenne. Son mémoire de maîtrise mettait en lumière la marginalisation des parlements nationaux dans le système décisionnel européen, phénomène se percevant à travers une confiscation progressive des prérogatives budgétaires des parlements par les pouvoirs exécutifs.